Jacominus, sublime mélancolie

http://www.alexbouquineenprada.com/2018/12/jacominus-sublime-melancolie.html
Autrice : Rebecca Dautremer
Éditeur : Sarbacane
Date de parution : 3 octobre 2018
Nombre de pages : 40
Ma note : 4,5/5

Outre l’ambiance graphique empreinte d’une mélancolie diffuse, la préface des Riches heures de Jacominus Gainsborough donne le ton. Je l’ai lue plusieurs fois, tant elle est pétrie d’humanité, de douceur, de tolérance et de poésie. Avant même d’entrer dans l’histoire, j’étais totalement conquise. Poussant la porte de cette maisonnée anglaise pleine de vie, je m’y suis glissée avec déférence et émotion. 

Tout d’abord conquise par Beatrix, la grand-mère philosophe et frondeuse, puis émue par ce petit lapin plutôt effacé, à la patte folle et aux doux yeux rêveurs, j’ai flotté dans ce récit de vie pudique et sensible. Les graphismes illustrent à merveille le passage de la vie, de ses différentes étapes. Le texte feutré dit peu, tout en abordant l’essentiel. Par petits pas et grandes enjambées, nous suivons Jacominus tout au long de sa vie, riche de rencontres, d’espoirs, de déconvenues, d’imprévus, d’erreurs, d’épreuves, de joies et d’amour. La dimension universelle et intemporelle de la narration laisse suffisamment de place au lecteur pour qu’il investisse cette coulée du temps, y déposant au passage des éléments de sa propre existence. J’ai aimé me perdre dans ces double-pages d’un réalisme onirique saisissant, été touchée en plein cœur par les collections d’instants représentés sous forme d’album photo, d’herbier. Et que dire des cabochons de notre héros tout à fait banal que l’on voit grandir, vieillir, se courber, devenir plusieurs avant de s’éteindre paisiblement sous un amandier fleuri ? Les dernières lignes m’ont collé la chair de poule, et même arraché quelques larmes… Si les enfants ne saisiront peut-être pas tout de suite l’ensemble des nuances et des messages distillés au fil des pages, m’est d’avis qu’ils sauront se montrer réceptifs à cette mélancolie exotique, à ce personnage féru de langues étrangères, de récits chevaleresques. Un fantastique conte sur cette folle aventure unique et complexe qu’est la vie.


Bon les gars, on s'agite le pompon, 
encore un bouquin à livrer d'ici Noël !