Ma barre de navigation


http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/hello-petit-internaute.html http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/les-chroniques-par-le-menu.html http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/coupdecoeur http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/actualitt%C3%A9 alexbouquineenprada@gmail.com

8 mai 2018

Sorceline, Sylvia Douyé

http://www.alexbouquineenprada.com/2018/05/sorceline-sylvia-douye.html
Autrice : Sylvia Douyé
Illustratrice : Paola Antista
Éditeur : Vents d'Ouest
Date de parution : 18 avril 2018
Nombre de pages : 48
Ma note : 2/5

Des arbres grimaçants, de sombres forêts bordant des marécages peuplés de créatures surnaturelles et au milieu de tout cela, une barque tirée par une étrange libellule géante. Dans cette barque, une lanterne, une valise et Sorceline, en route pour un fabuleux stage d’été ! La petite filles aux yeux espiègles va passer les prochaines semaines dans l’immense propriété d’Archibald Balzar, un cryptozoologiste de renom. Six étudiants ont été triés sur le volet pour l’assister dans les soins aux créatures magiques et notre jeune héroïne compte bien en tirer profit. Mais des phénomènes étranges et inquiétants pourraient bien ébranler ses certitudes les plus profondes…

Si cette ambiance magique et enfantine vous fait clairement de l’œil, prenez le temps de lire cette chronique jusqu’au bout, car vous risqueriez d’y laisser quelques billets et de m’en vouloir. On y va ?

Ne nous voilons clairement pas la face : le gros point fort de cette bande dessinée jeunesse, c’est son univers graphique à tomber. Les illustrations, la mise en couleur et l’agencement des planches forment un ensemble cohérent, doux, et envoûtant qui flatte nos rétines. Les traits sont ronds, fluides et oniriques, faisant de chaque détail une source de délectation visuelle.

Autre point fort, cet univers a su piocher ici et là quelques références et inspirations qui ne sont pas pour nous déplaire. Harry Potter, Les animaux fantastiques et même Miss Peregrine et les enfants particuliers : l’ambiance de Sorceline est un drôle de mélange qui fonctionne bien !

Mais… Mais, c’est là que les choses se gâtent et que les ennuis commencent !

(Qui a dit que tout ce qu’on pouvait raconter avant le fatidique « mais » n’était qu’enrobage et politesse ? Je n’ai plus plus son nom en tête, mais le gus avait bigrement raison !)

La narration est bâclée, prise par dessus la jambe et rien n’est approfondi. C’est bien simple, le scénario prend tous les raccourcis possibles : rythme saccadé, personnages stéréotypés et révélations sorties du chapeau sans préavis. Rien n’est épargné au lecteur qui se retrouve bien souvent, le pauvre, à la traîne.

En parcourant cette bande dessinée, je me suis un peu retrouvée dans la peau d’une enfant qui aurait reçu un paquet magnifiquement emballé pour Noël et qui, en dénouant le ruban, y découvrirait une tête de caïman fossilisée (si si, je vous jure que ça existe, et oui, cet exemple sent clairement le vécu). C’est étrange, exotique, intriguant, mais on est déçus et on se sent trahis de voir nos espérances piétinées de la sorte.



Je ne suis pas certaine que ce soit une question d’âge : le dénouement de l’intrigue est tellement alambiqué et tiré par les cheveux que même les jeunes lecteurs risquent fort d’en perdre leur latin !

Et pourtant, si l’occasion se présente, je lirai sans doute le deuxième tome en croisant les doigts pour que, contrairement à son aîné, il prenne le temps de lier connaissance avec son lecteur et de lui attraper la main pour l’embarquer dans l’univers de cette petite fille futée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire