Shades of Shadows ♥

http://www.alexbouquineenprada.com/2018/03/shades-of-shadows-ve-schwab.html
Auteur : V.E Schwab
Éditeur : Lumen
Date de parution : 22 février 2018
Nombre de pages : 638
Ma note : 5/5

En panne de lecture ? À la recherche d’une héroïne qui envoie du bois ? Besoin d’évasion ? Envie de vous faire un petit cadeau pour vous récompenser d’avoir attaqué la semaine sur les chapeaux de roues ? Quelque soit votre état d’esprit ou vos motivations, Shades of Shadows est la lecture qu’il vous faut. Petit tour d’horizon d’un deuxième tome qui vaut clairement le détour…

Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais prendre une petite seconde pour saluer le travail des éditions Lumen qui nous proposent, une fois n’est pas coutume, un objet livre absolument somptueux. Shades of Shadows est un petit bijou du plus bel effet sur les rayonnages d’une bibliothèque. Cette gangrène noire qui zèbre le dos du roman et la mise en scène époustouflante de Lila tout de noir vêtue sont une réussite absolue. Mais la couverture ne se contente pas de nous en mettre plein les yeux et de flatter nos pupilles fatiguées après une dure journée de boulot, oh non ! Elle annonce clairement la couleur : Lila Bard va être le pivot central de ce second tome et elle n’est pas là pour faire tapisserie. Et QUELLE HÉROÏNE ! Son personnage, déjà attachant dans le premier tome, gagne vraiment en profondeur : quel plaisir incroyable de la suivre ! Trop têtue et téméraire, Delilah Bard n'en est pas moins une figure féminine inspirante, moderne et terriblement hypnotique. Je suis totalement fan, et je l’assume sans la moindre gêne. La première partie du roman, qui lui est pratiquement intégralement consacrée, est un régal sans nom qui mérite d'être pleinement savouré.

Mais la jeune femme n’est pas le seul personnage a avoir gagné en épaisseur et en complexité : V.E Schwab nous livre également un prince Rhy tout en nuances, beaucoup plus intense et sombre. Contraint d’assumer les conséquences de ses actes et de partager ce fardeau avec son frère, le futur souverain n’est plus la figure volubile, solaire et malléable du premier opus...

Kell, de son côté, n’est pas en reste : enchaîné à son frère et à son royaume, l’Antari est déchiré entre ses sentiments, son devoir et un besoin de liberté de plus en plus viscéral dont il ne sait que faire. Et que dire de ce côté sombre qui menace de lui ronger l’esprit peu à peu ? Le tout est savamment dosé et distillé au sein d’une intrigue haletante qui fait la part belle à de nouveaux personnages secondaires charismatiques et attachants. J’en veux pour preuve ultime le plaisir vorace que j’ai pris à découvrir le personnage d’Alucard, corsaire lunaire, mystérieux et magnétique !

La maîtrise parfaite des personnages pourrait à elle-seule justifier la réussite totale de ce roman, mais V.E Schwab ne s’arrête pas là ! L’intrigue elle-même est plus subtile et le lecteur assiste, impuissant, à la propagation insidieuse et inéluctable du mal à l’état pur. Ce second tome est une merveille de complexité, de densité et de nuances. Sa conclusion, quant à elle, est terriblement prenante et laisse présager une suite d’une noirceur poisseuse. Elle promet également des rebondissements à couper le souffle qu’il me tarde de découvrir !

Alors oui, j’applaudis les capacités de conteuse de V.E Schwab et sa dextérité époustouflante  : l’univers est riche, fouillé et immersif, tout en restant très accessible. Cette saga est une formidable plongée dans la genre de la fantasy, même pour les lecteurs les plus frileux et je ne peux que vous la recommander très très (très !) chaudement.