Ma barre de navigation


http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/hello-petit-internaute.html http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/les-chroniques-par-le-menu.html http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/coupdecoeur http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/actualitt%C3%A9 alexbouquineenprada@gmail.com

19 févr. 2018

Yotsuba, Kiyohiko Azuma

http://www.alexbouquineenprada.com/2018/02/yotsuba-kiyohiko-azuma.html
Auteur : Kiyohiko Azuma
Éditeur : Kurokawa
Date de parution : 17 août 2006
Nombre de pages : 224
Ma note : 3/5 

Chaussez vos bottes de pluie et attrapez votre filet à papillons, je vous embarque au Japon pour faire la connaissance d’une étrange petite fille aux cheveux verts…

Yotsuba débarque dans une toute nouvelle maison avec son père par un été particulièrement chaud. Enfant candide sans aucune notion des conventions sociales, elle ignore toute forme de politesse et ne laisse aucune prise au réel pour briser son enthousiasme et son appétit de vivre. Cette inadaptée sociale sans fard ni filtre est une boule d’énergie pure qui n’a pas été façonnée par les règles et les carcans. Son innocence intacte sent bon l’enfance pleine et entière : quelle leçon pour les adultes pétris d’interdits que nous sommes !

Si de prime abord mon premier contact avec cette héroïne turbulente et brute de décoffrage a été délicat, les dernières pages de ce premier tome ont levé le voile sur une poésie douce-amère plus que bienvenue. Passé le choc de cette personnalité atypique qui pousse les murs étriqués de notre conception de l’ordre et du quotidien, la lecture se transforme en un moment terriblement solaire et nostalgique.

Cette irruption du désordre est comme une main intrusive qui viendrait soulever nos paupières fatiguées pour nous forcer à admirer la beauté et la force de la lumière. L’inventaire maladroit de personnages patauds et sans grand intérêt se mue peu à peu en un doux mélange hétérogène qui s’organise autour de ce petit astre qu’est Yotsuba.

Alors laissez-vous bercer par cette harmonie peuplée de cigales, de pluies estivales et de candeur pour un moment doudou, comme une pause ensoleillée en ce mois de février tristounet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire