Le mari de mon frère, une série coup de ♥

http://www.alexbouquineenprada.com/2017/11/le-mari-de-mon-frere-une-serie-coup-de.html#more
Auteur : Gengoroh Tagame
Éditeur : Ankata
Nombre de tomes : 4
Statut de la série : terminée
Ma note : 5/5

Ce que l'éditeur vous en dit

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l'arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n'est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l'homme qu'il aimait. Yaichi n'a pas alors d'autre choix que d'accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…


Ce que j'ai à vous en dire
Attrapez votre tasse de thé, un petit gâteau sec et venez vous pelotonner confortablement par ici : il faut absolument que je vous parle de ma dernière lecture. Je viens de terminer une très très courte série de manga en quatre tomes (vous voyez, c’est vraiment court - j’entends déjà votre porte-monnaie qui applaudit !) et mon petit cœur a tellement fondu qu’il faut qu’on fasse le point ensemble. Et là, comme vous êtes très curieux et hyper réceptifs, vous vous demandez sans doute de quelle série est-ce que je parle ? Non ? Tant pis, je vais vous le dire quand même ! La petite pépite qui m’a retourné le cœur comme une chaussette un jour de lessive n’est autre que Le Mari de mon frère de Gengoroh Tagame. Cette histoire est celle de Mike, un veuf canadien qui décide de se rendre au Japon pour partir à la rencontre du frère jumeau de son défunt mari.

Alors en toute franchise, j’étais un peu dubitative après avoir terminé le premier tome, parce que je pensais que l’histoire était un prétexte pour aborder la cause gay sous toutes les coutures, et point barre. Non pas que ce soit une mauvaise chose, loin de là, mais il me manquait un peu de profondeur et d’affect. Quelle erreur de jugement ! Ce récit est bien évidemment beaucoup plus profond, bien plus riche et le tout est terriblement bien amené. Cette ode sur l’acceptation gay n’est que le premier galet d’une histoire merveilleusement humaine et touchante qui ne pourra pas vous laisser de marbre. Ce n’est pas un pincement au cœur que j’ai à l’idée de quitter ces personnages, j’ai plutôt l’impression d’être un petit chien abandonné par ses maîtres sur le bord de la route un soir d’hiver !

Mon amour pour cette série est monté crescendo avec les tomes. Je me suis attachée aux personnages et à leur quotidien progressivement et de manière toute naturelle. Vous voyez cette sensation de proximité qui se tisse après une rencontre ? Ce manga, c’est tout à fait cela ! En passant du temps ensemble, en partageant des bouts de vie et en se créant des souvenirs communs, on s’apprivoise et on s’attache. C’est terriblement humain, tellement vrai et si simple… Bravo !

Le récit nous propose une superbe réflexion sur la famille, sur les liens qu’on tisse entre individus et prône la tolérance avec une finesse et une douceur infinie. Il va vous rappeler à quel point il est important de profiter de ceux que l’on aime tant qu’on en a l’occasion, sans se poser de questions puisqu’on ne maîtrise rien. L’homme n’a aucune prise sur l’avenir, aucune certitude, et c’est précisément pour cela qu’il doit profiter de l’instant. Il vous parle de deuil, du couple, de la famille, des liens entre parents et enfants et vous démontre qu’il n’y a pas un seul type de couple, pas un seul type de famille. Multiplicité et diversité jalonnent notre quotidien et il nous faut l’accepter en refusant d’être dans le jugement.

Soyez tolérants, inspirez-vous des enfants et n’essayez pas de broyer leur ouverture d’esprit naturelle. Bien souvent, ils comprennent le monde bien mieux que nous autres adultes, et notre rôle est de les encourager à être ouverts et généreux sans leur imposer des schémas de pensées sclérosés et nocifs. Kana et Yuki sont deux petites filles intelligentes et terriblement intuitives que le lecteur prend plaisir à suivre et dont il faut s’inspirer. Le parallèle développé entre Roméo et Juliette et la relation entre Mike et son défunt mari est émouvante en diable et démontre la naïveté salutaire des jeunes qu’il faut impérativement préserver et accompagner au mieux.

Cette chronique est beaucoup trop longue et pourtant j’aurais encore mille choses à vous dire ! Alors je lâche mon clavier ici, en espérant vous avoir donné envie de découvrir à votre tour cette série incroyablement humaine et touchante. En attendant de vous lire, je vous souhaite de merveilleuses rencontres de papier, et je vous dis à très vite.