Qui es-tu Alaska ? - John Green

Auteur : John Green
Éditeur : Gallimard
Date de parution : 20 août 2014
Nombre de pages : 362
Ma note : 2,5/5

Ce que l'éditeur vous en dit

Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.


Quant à moi, j'ai quelques petites choses à ajouter



Avec la sortie de Tortues à l’infini qui fait un bruit de tous les diables, je dois vous avouer quelque chose : grosse consommatrice de littérature jeunesse depuis quelques années, je n’avais jamais lu de John Green. Rien. Pas une ligne. L’un des auteurs contemporains adulé par les adolescents était complètement passé à la trappe. Et pourtant, j’ai vu l’adaptation ciné de Nos Étoiles contraires, devant laquelle j’ai versé une petite larme timide et solitaire, malgré un cœur en parfait état de fonctionnement. Alors quand Élisa m’a proposé une lecture commune, on s’est décidées pour Qui es-tu Alaska ?. Ce reliquat suffoquait sous une couche d’épaisse poussière dans ma pile à lire. Je n’étais pas franchement emballée à l’idée de me lancer. Mais bon, histoire de ne pas mourir idiote, je m’y suis attelée. Et malgré une lecture un peu laborieuse et longuette, quelques points forts sont tout de même à souligner.

Je commencerai par Miles, notre jeune protagoniste passionné par les derniers paroles d’illustres personnages historiques. Il dévore les biographies et se contente d’un quotidien bien huilé avec ses parents. Impopulaire et solitaire, notre jeune homme va décider de s’inscrire en pensionnat pour partir à la recherche d’un Grand Peut-être. Autrement dit, sortir de cette routine confortable et assommante qui est la sienne. Il va y faire la connaissance du Colonel, le garçon atypique qui partage sa chambre. Les deux vont former un duo touchant, qui va permettre à chacun de tirer profit des points forts de l’autre. Miles va canaliser le Colonel tandis que celui-ci va lui apprendre à lâcher la bride et à profiter de la vie. Leur relation est assez touchante et j’ai aimé suivre l’évolution de Miles. Intelligent, travailleur et altruiste, il va véritablement prendre son envol et découvrir la joie de vivre pleinement chaque journée, plutôt que de se laisser porter par le courant monotone des habitudes. Sa vision du monde va s’approfondir et le regard qu’il porte sur la vie est très inspirant. C’est une invitation à l’auto-introspection pour le lecteur très bien amenée et appréciable.

Ce que j’ai moins apprécié, c’est le rythme assez lent du récit. On se laisse bercer par cette narration qui manque de souffle. L’intrigue est quasiment inexistante : John Green nous livre sa vision de l’adolescence, mais sans y apporter quelque chose de nouveau, de profond ou d’intrigant. Les premiers émois, les premières cuites, la nuance subtile des liens qui unissent deux personnes, rien de neuf sous le soleil. 

Autre point noir (ou disons plutôt gris) : Alaska. Ce personnage m’a irritée, et je n’ai pas réussi à m’y attacher une seconde. Elle est décrite comme magnétique, capable d’insuffler un féroce appétit de vivre et de se dépasser aux personnes qui l’entourent, tout en cachant un profond mal-être. Un jour solaire et l’autre morose, on ne sait pas sur quel pied danser avec elle. Le mystère qui va occuper une bonne moitié du roman ne m’a pas touchée, ne m’a pas collé des insomnies pour découvrir le fin mot de l’histoire, preuve qu’il manquait un je ne sais quoi pour que la recette fonctionne. 

Si vous êtes à la recherche d’une histoire d’amour poignante, ne vous précipitez pas sur ce John Green, on est loin des grands sentiments de Nos Étoiles contraires. Ce livre explore plutôt les nuances des liens entre deux individus et les mécanismes qui sous-tendent l’amitié. Il apporte également une jolie palette de réflexions sur le sens de la vie qui saura faire écho en vous. En ouvrant ce roman, vous grandirez sûrement un peu aux côtés de Miles. Alors si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à me donner votre ressenti après votre lecture. En attendant, je vous souhaite de merveilleuses rencontres de papier, et je vous dis à très vite. 




Mots doux :

Cassandre a dit…

J'en garde un très bon souvenir, mais il faut dire que je l'avais lu à sa sortie. Peut-être qu'il me plairait moins maintenant

Alex bouquine en Prada a dit…

Ce n'est pas un mauvais livre, mais je pense ne pas être le public cible et l'écriture m'a laissée de marbre. On ne peut pas aimer tous les livres qui croisent notre route, ce serait trop facile !

Sue-Ricette a dit…

Comme toi, je n'ai encore jamais lu de romans de John Green. Il faut que je me lance dans "Nos étoiles contraires" un de ces jours, ainsi que d'autres de ses livres :)

Dommage que celui-ci ne t'ait pas vraiment convaincu... Que vas-tu lire maintenant ?

Des bisous Alex, à très vite ! ♥

Sue-Ricette

Alex bouquine en Prada a dit…

J’espere que l’experience John Green saura te convaincre alors :)
En ce moment, j’ai enormement de boulot à la fac mais quand je trouve un peu de temps, je lis La Belle Sauvage de Philip Pullman :)
Et toi ? Encore merci d’etre passée par là et à très vite ! Bises.

Sue-Ricette a dit…

De rien, et moi aussi j'espère que les romans de J. Green me plairont ! ;) De mon coté, je lis trois livres en ce moment :
- Les Proies, de Thomas Cullinan
- The Mortal Instruments - Tome 2, de Cassandra Clare
- Les contes, de Hans Christian Andersen

Passe une belle soirée, bisous ♥

Sue-Ricette