Le Yark, Bertrand Santini - Coup de ♥

https://alexbouquineenprada.blogspot.fr/2017/09/le-yark-bertrand-santini-coup-de.html#more
Auteur : Bertrand Santini
Illustrateur : Laurent Gapaillard
Editeur : Grasset-Jeunesse
Date de parution : 26 octobre 2011
Nombre de pages : 80
Ma note : 5/5


Ce que l'éditeur vous en dit

Le Yark aime les enfants. D’un amour si gourmand que les malchanceux qui croisent son sourire peuvent faire une croix sur leur avenir ! Mais sous leurs airs féroces, les monstres dissimulent toujours quelques faiblesses fatales pouvant les mener à leur perte. King Kong avait le coeur sensible, Dracula redoutait le soleil, le Colosse avait les pieds d’argile... Le Yark, lui, a l’estomac fragile. Son ventre délicat ne tolère que la chair d’enfants sages, un peu comme les vieux, qui avec l’âge, ne digèrent plus que le potage.
En effet, les bêtises modifient la composition chimique de l’enfant. Quand il commet une mauvaise action, son coeur distille un poison violent et sa chair devient plus toxique que le venin d’une vipère aspic.
Le Yark aurait cent fois préféré se régaler de méchants, comme les chèvres qui tout en se nourrissant débarrassent la Terre des mauvaises herbes, des orties et du chiendent. Mais les bons sentiments n’ont jamais nourri personne. Et surtout pas les Monstres !


Je vous en touche quelques mots

Autant vous le dire d’entrée de jeu, cette lecture est une petite pépite de drôlerie, de douceur et de bon sens. Attention, coup de coeur !

« Parmi tous les types de Monstres qui grouillent sur la terre, l’Homme est l’espèce la plus répandue. » Intrigante, cette entrée en matière dans un roman jeunesse, non ? Dès les premières pages, Bertrand Santini annonce la couleur : on est là pour se distraire, on est là pour passer un bon moment, mais hors de question de le faire avec un contenu creux ! L’auteur manie les rimes et les clins d’oeil comme un tricoteur hors pair. On se roule dans le texte comme dans une couverture chaude et douillette après une dure journée de labeur dans le froid.

Je ne suis pas vraiment dans l’équipe des lecteurs qui prennent des notes, mais lorsqu’une lecture me touche ou m’interpelle, je dégaine le stylo assez instinctivement. Et là, vous pouvez être sûrs que le coup de coeur n’est pas bien loin. Il rôde, il guette, il renifle et tâte avant de se lover sur mes genoux. Et pour le coup, Le Yark et moi, on s’est immédiatement apprivoisés ! Situations burlesques, réflexions pointues sur notre société, illustrations merveilleuses, tendresse et truculence, rien ne manque à l’appel.

Chaque boutade est imagée, drôle, bien sentie et sert de socle de réflexion. De la vraie littérature jeunesse, c’est exactement cela ! Quel bonheur. Je plussoie et me gratte sous les bras d’allégresse devant pareille prouesse.

L’humour convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Chacun y trouve son compte, et c’est bien le tour de force de ce roman : petit par la taille mais grand par son talent ! La moralité de l’histoire est à la hauteur de tout le reste : douce et pleine de bon sens. Je n’ai plus les mots pour vous inciter à lire ce petit bijou et à le transmettre autour de vous.

L’auteur parle de l’enfant comme étant un « chérubin fané » : non mais est-ce que vous avez vraiment besoin d’en savoir plus ? Est-ce que vous êtes encore derrière votre écran à lire cette chronique ou est-ce que vous avez (enfin !) enfilé vos chaussures, votre bonnet et attrapé votre porte-monnaie pour filer en librairie ?

Avec Le Yark, Bertrand Santini confirme sa virtuosité et me laisse fébrile, dans l’attente de son prochain roman Miss Pook et les enfants de la Lune à paraître le 8 novembre prochain, toujours chez Grasset-Jeunesse.

http://www.grasset.fr/miss-pook-et-les-enfants-de-la-lune-9782246860556
Hâte, hâte et re-hâte !


Envie de découvrir un autre roman de cet auteur ? Je vous laisse ma chronique du merveilleux Hugo de la nuit.
J'espère que cet article vous a plu, n'hésitez pas à me dire si vous connaissez Bertrand Santini, et quel est votre petit préféré. En attendant, je vous souhaite de merveilleuses rencontres de papier et je vous dis à très vite.

Mots doux :

Grasset-Jeunesse Oh, le blog ! a dit…

Ooooh merci pour cette superbe chronique coup de coeur ! <3 <3 <3

Alex bouquine en Prada a dit…

Merci d'avoir pris le temps de la lire et vivement le 8 novembre ;)

Sue-Ricette a dit…

Coucou Alexandra ! Je connais Bertrand Santini de nom, et aussi pour avoir entendu parler de son roman "Hugo de la nuit".

Ta chronique me met l'eau à la bouche :) Ce livre doit être une petite merveille à avoir dans sa bibliothèque, et à relire à chaque moment de la vie, à chaque fois que le cœur nous en dit...

Merci pour ce très beau partage. À bientôt, bisous !

Sue-Ricette

Alex bouquine en Prada a dit…

Coucou Sue-Ricette, tu as mis le doigt dessus, c'est exactement ça : c'est un conte à lire et à relire ! Il en va de même (à mon goût) de la plupart des oeuvres de Bertrand Santini ;)

N'hésite pas à le lire, tu ne le regretteras pas !
A très vite.

Face de Citrouille a dit…

J'ai également eu un gros coup de cœur pour ce livre ! Tu as parfaitement su poser les mots sur la poésie du Yark, dans cette chronique :D

Alex bouquine en Prada a dit…

Merci mille fois ! Ce n'est pas toujours évident de poser les mots sur une lecture qui nous plaît autant, alors je suis ravie :)
À très bientôt et encore merci d'avoir pris le temps de laisser un petit message :)