Ma barre de navigation


http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/hello-petit-internaute.html http://www.alexbouquineenprada.com/2017/06/les-chroniques-par-le-menu.html http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/coupdecoeur http://www.alexbouquineenprada.com/search/label/actualitt%C3%A9 alexbouquineenprada@gmail.com

vendredi 30 juin 2017

Hugo de la nuit, Bertrand Santini

https://alexbouquineenprada.blogspot.fr/2017/06/hugo-de-la-nuit-bertrand-santini.html

Auteur : Bertrand Santini
Editeur : Grasset Jeunesse
Date de parution : 20 avril 2016
Nombre de pages : 214

Résumé de l'éditeur

« L'oncle d'Hugo allait presser l'interrupteur de la lampe de chevet lorsque l'enfant le retint par la main. - Attends... J'avais encore une question à te poser... - Quoi donc ? sourit son oncle. - Je me demandais... Tu penses qu'un mort, ça peut se déterrer tout seul ? Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l'absurdité de la question. - « L'enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle. - Qu'est-ce que ça veut dire ? - C'est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts. Hugo fronça les sourcils d'un air dubitatif. - Et sur ce constat d'épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves ! D'un clic, il éteignit la lampe de chevet. Hugo entendit ses pas s'éloigner dans le noir. La porte se referma sans bruit. Maintenant, la nuit pouvait commencer... »

Ce que j'en ai pensé : 

Après l'énorme baffe cosmique Dylan Dubois, j'ai eu besoin d'un peu de temps pour savourer ma lecture et laisser mon esprit vagabonder encore un peu avec Dylan, Tobie et Gus. Autant vous dire qu'assurer la suite de ce coup de cœur qui sentait la liberté, la résilience et le musque des sous-bois, n'était pas chose aisée... Et pourtant, Hugo de la nuit a pris le relais d'une main de maître, passant à un cheveu du coup de cœur ! 

Arrêtons-nous déjà un instant sur l'objet livre ! La couverture, la tranche et la quatrième sont toutes d'une splendeur incroyable : des ombres mises en scène dans des tons bleus nuit et des dorures qui se marient parfaitement à l'ambiance de l'histoire... Je suis fan. Autre avantage : la quatrième de couverture est très concise, elle ne dévoile que quelques mots-clefs, ce qui permet de se plonger dans l’œuvre sans savoir de quoi il en retourne, et je vous conseille de vous laisser porter.

On ne va pas se le cacher, c'est un livre assez compliqué à résumer... Hugo de la nuit est un conte, alors forcément, on pourrait être tenté assez rapidement de glisser dans le spoil pour expliquer un peu clairement l'histoire. Tout ce que j'ai envie de vous dire, c'est qu'on va suivre un jeune garçon qui vit avec ses parents dans une charmante bastide dans le sud de la France. (Notons au passage que sa maman est une autrice à succès, rendue célèbre pour une série jeunesse vendue à des millions d'exemplaires à travers le monde - de là à penser qu'il s'agit d'un petit clin d'oeil à J.K Rowling, il n'y a qu'un pas). Dans cette charmante atmosphère des longues journées d'été vont se mêler complots, histoires d'argent, mystère pétrolier, plante intrigante, mais aussi zombies, fantômes et Poemander (un genre de sorcier/prêtre dans le monde des morts)... Ce beau mélange ne vous intrigue même pas un petit peu ?


L'auteur nous livre un conte burlesque et poétique tissé avec une plume qui se savoure. Vraiment, c'est un savant mélange d'onirisme, de douceur, de suspense et de drôlerie. Et pour le coup, dans le genre cocasse, mention spéciale aux fantômes ! Je me suis régalée de bout en bout à suivre les péripéties complètement folles de nos personnages. Et cerise sur le gâteau, ce n'est pas seulement bien écrit et drôle, c'est aussi une merveilleuse réflexion sur le sens de la vie, le poids de la mort, la famille et l'esprit de communauté.... Mais alors, me demanderez-vous (ou pas d'ailleurs), qu'est-ce qui lui a coûté le coup de cœur ? 

Et bien, la raison est un peu bête : j'ai ce qu'on pourrait appeler un esprit de lectrice un peu cartésien... Autrement dit, j'aime comprendre le pourquoi du comment, et surtout ce qui est réel ou ne l'est pas. Alors forcément, quand il s'agit d'un conte et qu'on me laisse avec mille possibilités à explorer, je suis à la fois impressionnée par la virtuosité de l'auteur, mais aussi frustrée car mon cerveau me supplie de lui donner une fin en bonne et due forme. Vous êtes comme ça vous aussi ?

Quoi qu'il en soit, j'ai passé un merveilleux moment de lecture, et je ne manquerai pas de relire cette petite pépite. Je comprends sa réputation de petit trésor de la littérature jeunesse ! Hugo de la nuit a d'ailleurs reçu récemment le prix Livraddict, et c'est amplement mérité.






Je vais me pencher très rapidement sur les autres ouvrages de Bertrand Santini, et notamment sur la série Gurty, qui met en scène avec humour les aventures d'un petit chien au caractère bien trempé. Pour tout vous avouer, je l'ai déjà emprunté à la bibliothèque, alors il n'y a plus qu'à !








J'espère que cet article vous a plu, n'hésitez pas à me laisser un commentaire pour qu'on papote quelques instants. En attendant, je vous souhaite de merveilleuses rencontres de papier, et je vous dis à très vite ! 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire